São Luis

São Luís est probablement la ville la plus paisible de tout le Brésil. Se retrouver dans cette localité perdue dans l'est du pays inspire une profonde solitude.

Avec ses mangroves, ses espaces verts et ses bâtiments de style colonial, son paysage urbain fait penser à une peinture datant du XVIe siècle. Son centre historique recèle d'ailleurs de nombreux vestiges du passé. Il a ainsi été intégré dans la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Histoire

Bien avant la colonisation, la tribu des Tupinambá s'était installée paisiblement sur l'île d'Upaon-açu. Ils vivaient principalement de la culture du manioc, de la patate douce, du maïs, mais aussi de la chasse et de la pêche.

Leur vie changea soudainement à partir de 1612 avec l'arrivée des premiers colons français guidés par Daniel de la Touche et l'amiral François de Razilly. Ces derniers soumirent les Autochtones à l'esclavage puis construisirent la grande forteresse de Saint-Louis de Maragnan et d'autres bâtiments.

Le calvaire des Indiens perdura au fil des années. La ville tomba successivement entre les mains de Portugais en 1615, puis celle des Hollandais en 1641, avant d'être reconquise par les colons portugais en 1645.

Mais tout changea en 1680. Le roi Alphonse VI du Portugal abolit l'esclavage des Indiens du Brésil. À São Luís, les Jésuites se mirent à cœur d'évangéliser les Autochtones et d'interdire par tous les moyens leur esclavage. Grâce à ces mesures, les Tupis n'étaient plus soumis aux travaux forcés et devaient être rémunérés pour le travail qu'ils effectuaient.

Quelque temps plus tard, la ville connut une grande crise économique. Les colons imputaient cette situation au manque de main-d'œuvre esclave, à l'insuffisance de soutien de la part de la Couronne et au monopole détenu par la société Companhia do Comércio do Maranhão.

Conduits par les frères Manuel et Tomás Beckman ainsi que par Jorge Sampaio, les colons portugais de São Luís se révoltèrent. En 1684, ils chassèrent tous les Jésuites qui défendaient les Indiens, réduisirent à l'esclavage les Tupis , renversèrent le gouverneur et dépouillèrent les entrepôts de la Companhia do Comércio do Maranhão.

La réponse de Pierre II, le nouveau roi du Portugal, ne s'est pas fait attendre. Tomás Beckman est capturé et envoyé en exil. Son frère Manuel Beckman est arrêté, jugé puis pendu. Les Jésuites sont rétablis. Mais les Tupis sont restés les esclaves des colons de la région.

La célèbre phrase de Manuel Beckman au moment de son exécution est restée dans les annales : "Je meurs heureux pour le peuple de Maranhão". De nos jours, il décore le hall principal du siège du Conseil d'État de Maranhão. Un obélisque a été érigé en l'honneur du révolutionnaire sur la place Manuel Beckman, située dans l'avenue Beira Mar de São Luís.

Quelques années plus tard, São Luís connut une croissance économique considérable à travers la vente de coton aux Britanniques au cours de la révolution industrielle anglaise de 1770 puis pendant la guerre d'indépendance américaine en 1783. La ville s'est alors dotée de grands édifices de style colonial.

Sao Luis aujourd'hui

Le paysage de São Luís se démarque des autres villes brésiliennes par ses immenses espaces dégagées. Les mangroves, les arbustes et les grandes étendues de verdure se mélangent aux maisons coiffées de tuiles orange.

Ses quartiers résidentiels et ses plages occupent le nord de la ville. Tandis que vers l'ouest, son magnifique centre historique attire chaque année des milliers de touristes. Toute la métropole est immergée dans la culture afro-brésilienne à travers la Bumba Meu Boi , les démonstrations de capoeira et les concerts de reggae dans le Museu do Reggae Maranhão.

Son formidable centre historique a été intégré dans la liste du Patrimoine mondial de L'UNESCO. S'y promener donne l'impression de revenir au XVIIe siècle et de se mettre dans la peau d'anciens villageois de la région. La façade néo-classique du Palácio dos Leões , siège du gouvernement de l'État de Maranhão , est assez impressionnante. Le fronton en stuc et les linteaux en plâtre du Palácio de La Ravardière rendent hommage au fondateur de la ville, Daniel de la Touche. Et admirer l'architecture baroque et le retable doré de la cathédrale de São Luís inspire une certaine sérénité.

Le quartier abrite encore bien d'autres monuments, témoins du passé colonial de la ville. Parmi eux, le Palácio Episcopal sur la Praça Pedro II , le Convento do Carmo de style baroque , le grand bâtiment rouge du Convento das Mercês , le fameux marché de la Casa das Tulhas , les deux clochers de l'Igreja de Nossa Senhora do Rosário ou encore le grand Teatro Artur Azevedo.

En partant de là, les visiteurs peuvent s'offrir un instant de détente en famille au fabuleux Parque Estadual do Sitio do Rangedor et ses aires de jeux. Ils pourront également passer de bons moments sur la belle plage de Pescador, sur la Praia de Sao Marcos, au Ponta de Espigao da Ponta d'Areia ou encore à la Praia Ponta d'Areia.

Se balader en ville permet également de s'imprégner de sa culture. À la Maison du Tambor de Crioula , par exemple, on découvre les costumes, les instruments et des représentations de Tambor de Crioula , une danse traditionnelle afro-brésilienne. Plus loin, des concerts de reggae sont régulièrement organisés au Museu do Reggae Maranhão , un musée entièrement dédié à ce genre musical. De fascinantes démonstrations de capoeira peuvent également être organisées sur les places publiques, au grand plaisir des adeptes de cet art martial.

L'événement à ne surtout pas manquer à São Luís est le festival de Bumba Meu Boi , en juin. Toute la ville est en effervescence au cours de cette manifestation unique en son genre. Des représentations théâtrales accompagnées de musiques traditionnelles et de costumes extravagants sont organisés dans les rues de la métropole, notamment dans le quartier de João Paulo , en plein centre-ville.

Tous les cortèges racontent l'histoire de la naissance, la vie, la mort et la résurrection d'un bœuf, une allégorie du cycle de la vie. Les troupes de théâtre rivalisent d'originalité en contant cette légende. Ils décrivent à travers leurs danses et leurs chants les réalités auxquelles la population doit faire face dans son quotidien.

Le climat

La ville de Sao Luis bénéficie d'un climat tropical humide et sec. Là-bas, la saison des pluies débute en janvier pour se terminer en juin. Au cours de cette période, de violents orages peuvent frapper la ville, notamment de janvier à mai. La température varie alors entre 13 à 33°C.

Les averses sont quasiment inexistantes au cours de la saison sèche, surtout entre août et novembre. À cette époque de l'année, le ciel est très dégagé et le mercure oscille entre 20 à 34°C.

Comment y aller ?

La ville est desservie par l'aéroport international de Sao Luis. Ce dernier accueille des vols en provenance de l'étranger et des grandes villes du Brésil.

Vous pouvez également débarquer à Sao Luis à bord d'un bus régional en provenance de toutes les grandes villes du pays.

Comment se déplacer dans la ville ?

Il existe près de 184 lignes de bus à Sao Luis. Ils permettent de relier facilement les différentes parties de la ville à moindre coût.

Mais le taxi reste le moyen le plus simple pour découvrir les principales attractions de la capitale de Maranhão.

Bonjour

Je suis Joel de "Voyage Brésil Découverte". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
00 55 11 2409-8994