Parque das Aves

Explorer le Brésil c'est aussi découvrir sa faune unique dans un environnement serein et très varié. Dans la ville de Foz do Iguaçu , dans l'État du Paraná, un parc unique au monde permet d'expérimenter cette immersion dans la nature du Parque das Aves.

Il accueille près de 1 400 oiseaux et a ainsi pu préserver des espèces en voie de disparition. D'autres animaux présents sur ses 16 hectares de verdure ont quasiment disparu de l'état sauvage. Visiter le parc revient à découvrir une autre facette du Brésil. Caresser le long bec des toucans toco, observer les geais à nuque blanche picorer des fruits ou écouter les chants de ses colibris demi-deuil dans le plus grand parc ornithologique d'Amérique latine en vaut réellement le détour.

Histoire

L'histoire du Parque das Aves est étroitement liée à celle de la famille Croukamp et à sa passion pour les oiseaux. Tout commence dans les années 70. La jeune vétérinaire Anna-Sophie Helene quitte l'Allemagne pour s'installer en Namibie, en Afrique. Elle y rencontre Dennis Croukamp. Partageant les mêmes centres d'intérêt, ils tombent amoureux et fondent une famille. Anna-Sophie donne alors naissance à deux filles : Anna-Luise et Carmel.

Leur amour pour les oiseaux, lui, naît vers 1980. Après avoir reçu un perroquet jaco, ils accueillent rapidement plusieurs oiseaux de différentes espèces dans la cour de leur maison. Près de dix ans plus tard, ils quittent la Namibie pour s'installer sur l'île de Man, au Royaume-Uni. Mais les oiseaux leur manque énormément et reviennent sans cesse dans les pensées du couple.

Quand un ami leur rend visite et leur propose de créer un parc dédié aux crocodiles, le couple se regarde et a alors une illumination : fonder une réserve ornithologique. C'est alors qu'en 1993, équipé du livre "Le Portugais en trois mois", ils s'envolent pour le Brésil pour acquérir un terrain de seize hectares à côté du Parc National d'Igaçu , dans la ville de Foz do Igaçu.

Ils investissent toutes leurs économies dans le projet de leur vie : le Parque das Aves. Grâce à leur passion, leurs efforts et l'aide que leur ont apporté leurs amis, le parc ouvre ses portes un vendredi matin, le 7 octobre 1994. Mais deux ans plus tard, encore dans la joie suscitée par la concrétisation du ce beau projet, Dennis Croukamp tombe gravement malade et décède en 1996. Après les obsèques, la famille lui dédie un mémorial dans la pépinière Aves de Rios e Mangues , son endroit préféré du parc.

Au fil des années, les Croukamp et toute l'équipe du Parque das Aves se sont engagés dans divers projets de conservation, principalement pour les espèces vulnérables ou menacées. À travers leurs actions, ils offrent un endroit sûr pour la pénélope à front noir, la perruche à tête pourpre, le hocco mitou, le cardinal jaune et bien d'autres oiseaux de la forêt atlantique.

Visite du parc das Aves

Le Parque das Aves c'est seize hectares de forêt atlantique accueillant plus de 1 400 oiseaux de 150 espèces différentes. Grâce à la dévotion de ses 230 employés ainsi que celle de Carmel Croukamp, sa directrice générale, le parc nourrit et protège quotidiennement ces animaux. Il accueille près de 800 000 visiteurs chaque année.

Dès l'entrée, on entend de loin le doux chant des oiseaux. C'est un curieux mélange de légers sifflements, de gazouillis et de petits tapotements qu'on a du mal à définir. En s'engageant sur un sentier en terre battue, on peut sentir l'odeur du sol fraîchement mouillée par la pluie et la fraîcheur de la brise qui souffle à travers la forêt atlantique. En levant les yeux, on peut admirer les rayons du soleil filtrer doucement entre les branches des arbres.

En empruntant un chemin entouré d'une barrière de bois, on voit alors progressivement défiler plusieurs enclos. À l'intérieur, un beau gazon entoure une petite mare d'eau où les gran des aigrettes se regroupent pour se désaltérer. Ces grands oiseaux blancs aux pattes effilées et aux becs pointus semblent accorder peu d'attention à leurs visiteurs. Ils s'occupent en mangeant quelques poissons laissés par l'équipe du parc puis poussent subitement un cri de satisfaction semblable à un croassement.

À quelques pas de là, un héron garde-bœufs s'affaire à fouiller le sol à la recherche d'un insecte à déguster. Du haut de ses 56 centimètres, il farfouille ensuite les branchages à l'aide de son long bec orange.

Non loin de là, on remarque un groupe de petits oiseaux au plumage noir et bleu nuit. À cause de ses "sourcils" bleus, le geai acahé donne l'impression d'être constamment en proie aux inquiétudes de la vie. Les petits "piou piou" de joie qu'il génère alors devant les touristes prouvent cependant le contraire.

Les grues-demoiselles paradent à quelques enclos de là. Leurs longues plumes grises et noir leur procure un air magistral. Mais cette image est subitement cassée par leurs chants qui ressemblent bizarrement aux cris des canards.

Dans cette section du parc, on peut également admirer les petites tourterelles à ailes blanches, entendre l'étrange cri poussé par le vanneau téro, voir le dendrocygne à face blanche picorer ses graines, admirer le kamichi à collier ou encore contempler la belle pione à tête bleue et bien d'autres espèces encore.

En s'enfonçant plus loin dans ce merveilleux endroit, on voit alors s'envoler plusieurs types de petits d'oiseaux bruns. La tourterelle oreillarde ressemble à une colombe de couleur terre. La grive à ventre pâle est comparable à un petit moineau au ventre tacheté. Et le tinamou isabelle ressemble réellement à une petite poule à tête allongée.

Plusieurs petites taches bleues apparaissent alors. Perchés dans un arbre, le geai azuré peut être assimilé à une très belle fleur si on ne leur porte pas une attention assez particulière.

On entend un chant ressemblant à un tapotement sur une assiette de porcelaine provenant de l'enclos du geai à nuque blanche. Endémique du Brésil , il a une très forte ressemblance avec la pie. Mais il se démarque d'elle par un plumage brun, blanc et noir.

Pas très loin de là, la pénélope à front noir picore tranquillement ses graines. Elle est reconnaissable par son plumage noir et sa longue frange blanche. Contrastant avec cette image majestueuse, elle pousse un chant similaire au cri d'un petit poussin.

Toujours dans cette section réservée aux espèces menacées, le pauxi fait le beau et tente de séduire les touristes. Comparable à une grande poule mesurant près de 92 cm, il se démarque des autres par sa grande crête blanche. De nos jours, il est impossible de trouver cet animal à l'état sauvage.

Absorbé par la balade, on s'aperçoit alors que les branchages des arbres commencent à changer de forme. On remarque alors qu'on a pénétré dans une forêt de mangroves. En empruntant un pont en bois, on peut alors admirer de haut, divers oiseaux virevoltant dans les aires qui leur sont allouées.

De tous, l'ibis rouge se démarque par son plumage rouge orangé et son long bec recourbé. Puis, soudain un grand oiseau noir se pose sur la balustrade du pont. Sans la moindre once de peur, le toucan toco s'approche curieusement de ses visiteurs. Il les laisse même caresser son long bec jaune. Sans obtenir autant d'attention, le héron bihoreau reste bouder près de sa mare. Avec son petit bec pointu, il préfère dévorer les poissons que lui a laissés le staff du parc.

En prolongeant notre marche au Parque das Aves , on aboutit au coin des reptiles. Un iguane semble s'être endormi sur une grosse branche, arborant presque un sourire de satisfaction pour avoir trouvé le lieu idéal pour une bonne sieste. À côté, un caïman à museau large sort de sa mare et passe devant un petit groupe de tortues trachemys dorbigni. Il se vautre alors près d'un rocher pour prendre un peu de soleil. Et non loin de là, un boa constricteur s'est enroulé autour d'un arbre sans demander aucune attention à qui que ce soit.

Plus on s'enfonce dans le Parque das Aves et plus on découvre des endroits merveilleux et des animaux fabuleux. Le Tropicana est un espace où l'on peut se détendre sous un beau parasol et déguster un bon jus de fruit tout en admirant un très beau paysage.

Pas très loin de là, l'espace des rapaces fait découvrir l'impressionnant vautour pape. Soudain, un cri semblable à celui d'un aigle attire l'attention de tous les visiteurs. Après avoir survolé dans les arbres, la harpie féroce se pose brutalement sur une branche. De ses yeux perçants, il jette un regard froid sur les touristes. Non pour attaquer, mais plutôt pour découvrir, lui aussi, ce qui amène ce groupe d'humains dans son territoire.

Dans une autre partie de la forêt, des petites maisons ont été construites sur des étagères fixées dans des branches en hauteur. Dans les airs virevoltent la conure nanday, la conure pavouane, l'ara à ailes vertes, l'ara hyacinthe et plusieurs autres espèces de perroquets.

Plus loin, plusieurs types de papillons volent dans les airs. Certains se posent sur les feuilles des arbres tandis que d'autres se délectent du nectar et des tranches de fruits versés dans une petite assiette noire. Dans cet endroit, on peut entendre les gazouillis et les sifflements du colibri demi-deuil , de la dryade glaucope et de l'ariane versicolore.

En marchant dans une section particulièrement aménagée, on est saisi d'une soudaine frayeur en entendant le cri perçant de l'effraie d'Amérique. Ce coin adapté pour les hiboux accueille également la chouette à lunettes, la chouette des terriers ou encore le casoar à casque dont le hululement ressemble vaguement au ronronnement d'un gros chat.

Comment y aller ?

Pour vous rendre au Parque das Aves , il vous suffit de prendre un bus de la ligne 120 depuis le centre-ville à Foz do Iguaçu. Moyennant 3,75 Reals brésiliens, il vous déposera juste en face du Parc National d'Iguaçu. Le Parque das Aves se trouve juste à côté.

Vous pouvez également opter pour une virée en taxi ou en car touristique depuis la ville.

Horaires et tarif

Le Parque das Aves est ouvert tous les jours de 8h30 à 17h. Le tarif actuel est de 10 Reals brésiliens pour les locaux, 45 Reals brésiliens pour les touristes, 22 Reals brésiliens pour les étudiants et les personnes âgés de plus de 60 ans (les tarifs sont susceptibles de changer). L'entrée est gratuite pour les enfants de moins de huit ans.

Bonjour

Je suis Joel Riou de "Voyage Brésil Découverte". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
00 55 11 2409-8994